SW817 - Katana Seigi avec coffret

Description

Cet élégant katana, au fourreau noir laqué et à la tsuka aux lignes épurées, est fourni avec un coffre contenant un présentoir en bois laquée, et une boite contenant le kit d'entretien de la lame. Le sabre lui-même est particulièrement léger et rapide à manier, avec un poids de 1000 g.

Fabrication Fudoshin. La lame est de type maru, en acier au carbone 1045, et la ligne de coupe est réalisée de manière traditionnelle. La tsuka est recouverte de peau de raie. Le fourreau est en bois. Fourni avec une housse en tissu. Attention, la lame est tranchante, et doit être manipulée avec précaution.

Longueur totale : 102 cm, longueur de la lame : 68 cm, poids total 1000 g hors fourreau.

× Le katana est, à partir du XVème siècle, le symbole de la caste des samouraïs. Il est glissé dans la ceinture, le tranchant vers le haut, du côté gauche. Porté avec un wakizashi, sabre de plus petite taille également glissé dans la ceinture, mais à droite, il forme le daisho. Il est utilisé autant d'estoc que de taille. La poignée, ou tsuka, est formée de deux demi-coques de bois de magnolia. Elle est recouverte d'une peau de requin ou de raie, puis d'une tresse spéciale en soie, coton ou cuir nommée tsuka ito. Une ou deux goupilles de bambou (mekugi) solidarisent la tsuka et la soie de la lame. Un ornement nommé menuki est placé sur chacune des faces de la tsuka, et aide également à la préhension. La tsuka se termine par une décoration nommée tsukagashira. La garde, ou tsuba, peut être extrêmement sobre ou au contraire représenter des motifs exubérants, soit en relief, soit ajourés. Une pièce métallique nommée habaki enserre la lame juste après la tsuka. Elle permet de verrouiller le sabre dans son fourreau. Le dos de la lame, nommé mune, sert en pratique à parer les coups. Le tranchant fait l'objet d'une trempe particulière. La ligne de trempe, nommée Hamon, montre des motifs particuliers, le plus souvent en forme de vagues. Le fourreau, ou saya, est traditionnellement en bois de magnolia laqué, choisi pour ses propriétés d'absorbeur d'humidité. Une cordelette (sageo) y est fixée, qui permet de sécuriser le fourreau dans la ceinture. Aujourd'hui l'art du katana se décline en trois disciplines principales : le Iaido, où les coupes sont effectuées sans adversaire. Le sabre utilisé, dont la lame est formée d'un alliage d'aluminium, est nommé un Iaito. Le Kendo est une forme d'escrime pratiquée avec un sabre en bambou (shinai). Il a pour vocation d'entraîner la dextérité des compétiteurs. Les disciplines de coupe (batto do) permettent quant à elle de s'entraîner sur des bambous ou des nattes en paille de riz. Les katanas d'entraînement en sont nommés shinken. Nos katanas sont dotés de lames tranchantes, et la prudence est de mise lorsqu'on les sort de leur fourreau, pour éviter toute blessure.

Photo(s)