EPEES ET SABRES, Premier Empire
Empire - Autres nations -
Restauration - Epées de sociéte - Piraterie - Dragonnes
Les pièces sont en général disponibles, nous contacter pour vérifier la disponibilité
- Tarifs mis à jour le 31/12/08
Ces copies de sabres et épées sont caractérisées par un très haut niveau de finition. Elles sont en tout point conformes aux originaux, y compris poinçons et marques de manufacture.
Les lames sont en acier forgé et trempé. Comme les originales, elles ne sont pas inoxydables. Nous vous recommandons de les huiler légèrement. Les traces d'oxydation peuvent être enlevées à l'aide d'un papier abrasif à l'eau à grain fin.


Pour en savoir plus sur la fabrication des lames sous le Premier Empire... suivez le lien !
Et si les fourreaux vous intéressent... suivez ce lien
...


Premier Empire

SW577 - Sabre de hussard, modèle an IV - 175€
A la fin du XVIIIe siècle, l’usage du sabre dans la cavalerie est délaissé au profit de l’arme à feu, mais les hussards, soucieux de leur réputation de « sabreurs », perpétuent la tradition. Recrutés en Hongrie puis en Allemagne, et intégrés dans l’armée française depuis Louis XIV, les hussards maintiennent un certain nombre de particularités dans leur équipement qui dénotent par rapport aux autres régiments, plus réglementaires. Leur premier modèle de sabre (modèle 1752) est inspiré des formes hongroises, suivi par le modèle 1767, qui est perfectionné en 1776 et 1777. La lame est plus large, sa flèche est modifiée et un trou est percé dans la poignée pour y nouer le cordon.
Le sabre connaît encore une évolution en 1786. Le trou de la poignée est abandonné, car il fragilisait l’arme. Sous la Révolution, la production étant totalement désorganisée, de nombreuses variantes vont voir le jour (avec notamment des appliques de fer sur le fourreau), que l’on peut ranger sous l’appellation « An IV » (1795). La fleur de lys de l’Ancien Régime gravée sur la lame est remplacée par deux monogrammes évoquant la République Française. La poignée « à la hongroise » est toujours sans filigrane. Celle de notre reproduction est estampillée de poinçons réglementaires, et le dos de la lame est marqué du nom de la manufacture de Kligenthal. Voir également l'histoire de la naissance de cette reproduction.
Longueur 95cm, lame de 81cm. Détail

Sabre_de_hussard_an_IV

sabre_chasseur_garde_imperiale

SW491 - Sabre de cavalerie légère de la Garde impériale - 175€
Dès 1802, la Garde impériale se voit attribuer un nouveau sabre. Celui de la cavalerie légère est une très belle arme fabriquée et montée à la manufacture de Versailles, à l'exception de la lame qui est importée de la manufacture de Klingenthal, comme en témoigne l'estampille gravée au dos. Le fourreau est en laiton, sur une âme de bois et de cuir noirci. Ce sabre équipa les chasseurs à cheval, les canonniers d'artillerie ou encore les lanciers.
Longueur : 105 cm dans son fourreau.
Détails

SW490 - Sabre de cavalerie légère de la Ligne - modèle An XI - 160€
Ce sabre, dit "à la chasseur" est du modèle de l'An XI. Adopté par toute la cavalerie légère et l'artillerie montée, il a connu un énorme succès et a été utilisé très longtemps, à travers plusieurs régimes. Cette arme est fabriquée à la manufacture de Klingenthal et en porte la marque. La monture de la poignée est en bois de hêtre, ficelé en spirale et recouverte de basane noire, sans filigrane. Seules deux demi-olives de laiton sont clouées et maintiennent la basane. Ce sabre, extrêmement résistant, a fait toutes les campagnes de la seconde partie de l'épopée impériale, notamment entre les mains des fameux hussards.
Longueur : 107 cm

Détails
sabre_de_cavalerie_leger_ligne

sabre_officier_hussard

SW551 - Sabre d'officier de hussards, Europe centrale, fin du XVIIIe s ou début du XIXe s - 175€ Originaires de Hongrie, les hussards furent des cavaliers d'élite, connus surtout en Autriche puis en France, et imités par la suite partout en Europe. Ce sabre s'inspire de celui du général hongrois Andreas Graf Hadik (1710 - 1790), grand militaire, commandant notamment un corps d'armée autrichien durant la guerre de Sept Ans, sous les ordres du Prince Charles Alexandre de la Lorraine. Avec 5000 hommes, surtout des hussards, il prit Berlin aux Prussiens, ce qui lui valu de devenir maréchal de l'Empire des Hasbourg, comme en témoigne l'inscription sur la lame.

Le profil de cette arme inspira bon nombre de fabrications françaises, notamment le fameux sabre des chasseurs de la Garde. Par son fourreau "fantaisie", il est tout indiqué pour équiper un officier de cavalerie légère de Napoléon.
Longueur 100 cm
Détails

SW500 - Sabre à la mameluck - 175€
Durant la campagne d'Egypte, les cimeterres des mamelucks, terriblement efficaces, impressionnèrent vivement les soldats de Bonaparte qui l'adoptèrent en grand nombre. Ce sabre, dit « à l'Orientale », connut dès lors un engouement certain, notamment auprès des officiers de cavalerie légère. Sa décoration fut très variée et souvent exubérante. Bonaparte organisa même un corps de Mamelucks pour sa Garde Consulaire puis Impériale. Des lames larges et très courbées ramenées d'Egypte continuèrent d'être utilisées, mais, de plus en plus rares, elles furent souvent remplacées par des lames françaises. La poignée en « crosse de pistolet » est caractéristique. L'oeilleton servait à fixer une dragonne. Les gravures de la lames étaient variées et se distinguaient des classiques rinceaux, inscriptions et autres éléments décoratifs qu'on retrouvait sur les autres types de sabres. Il s'agissait en l'occurrence de symboles vaguement inspirés des antiques hiéroglyphes.
Longueur 100 cm
Détail
sabre_mamelouck

sabre_officier_etat-major_vendemiaire_an_XII

SW542 - Sabre d'officier d'état-major, modèle vendémiaire an XII - 149€
Le règlement du Ier vendémiaire An XII décrit le sabre réglementaire d’officier général, mais du fait du rang élevé de ces militaires, il en résulte dans les fait une très grande diversité de détails, car chacun aime personnaliser plus ou moins richement son arme. Celui que nous vous proposons dispose d’une monture en laiton à une branche. La poignée, traditionnellement en ébène, est ici en bakélite. Elle est striée d'un fin quadrillage. Au centre de la garde se trouve un cartouche gravé de motifs antiques, palmettes et casque. La lame est à pan creux, élégamment gravée. Le fourreau est en fer noirci. Il est muni d’un dard en laiton, et de bagues du même métal, décorées de feuilles de laurie et d'un casque à l'antique.
Longueur 99 cm. Longueur de la lame 85cm. Poids total 800g.
Détails

SW569 - Sabre d’officier d’Infanterie de Ligne, en service monté - 175€
D’une forme caractéristique héritée des sabres d’officiers commandés auprès d’armuriers-fourbisseurs privés dès l’Ancien Régime, cette arme sobre et élégante continue d’équiper les officiers des troupes à pied sous le Consulat et l’Empire, et jusque sous la Restauration. La longueur de la lame (ici 85 cm) indique un sabre en dotation pour le service à cheval ; le service a pied requérant une arme moins longue. La couleur dorée de la poignée et du fourreau montre que ce sabre est celui d’un officier de la Ligne, contrairement à l’Infanterie Légère qui affiche plutôt des pièces argentées, comme le sont leurs boutons d’uniforme et plaques distinctives. La poignée est dite « à la hongroise », avec un pommeau en « côtes de melon » et une branche de garde en colonne cannelée. Souvent produite à Solingen, les lames sont couramment gravées de motifs diverses, parfois du numéro du Régiment. Ici, nous avons choisi de restituer des décors végétaux, des symboles militaires et un aigle impérial couronné. Le fourreau est garni de bagues ornées de canons sur l’avant et de fleurs sur l’arrière, et d'un dard à l'extrémité guillochée.
Longueur 100 cm, lame de 85cm. Détail
Lire également l'histoire de la naissance de cette reproduction

Sabre_directoire_d_officier_des_troupes_a_pied

latte_cuirassier

SW492 - Sabre de cavalerie de la Ligne - modèle An XIII - 160€
En 1801, un nouveau sabre pour la cavalerie de ligne est mis en fabrication à la manufacture de Klingenthal : c'est le modèle de l'An IX. Le sabre subit quelque temps après des modifications et devient le modèle An XIII. Ce sabre fera toutes les campagnes de l'Empire aux côtés des cuirassiers et des carabiniers (et jusque vers 1806-1807, des gendarmes d'élite de la Garde) avant d'être remplacé par le modèle de 1816. Il restera cependant en service dans certains corps de troupes pendant plusieurs dizaines d'années. La lame porte la marque de la manufacture impériale de Kligenthal.
Longueur : 111,5 cm, 1.4kg.
Détails

SW498 - Sabre de Dragon de la Ligne - 160€
Le sabre qui équipe les dragons de Napoléon est du modèle An XI ; le même qu'utilisent les cuirassiers, mais à la différence que le fourreau est en cuir noirci avec des garnitures laiton, plutôt qu'en fer. La monture en laiton est faite de quatre branches, et la lame de près d'un mètre de long est à double pan creux et porte les marques de la manufacture de Kliegenthal de 1813. Ce sabre sera utilisé jusqu'à la fin de l'Empire, et sera ensuite remplacé par le modèle 1816.La lame porte la marque de la manufacture impériale de Kligenthal.
Longueur 113cm
Détails

sabre_dragon_premier_empire

sabre_de_carabinier_an_IV

SW576 - Sabre de carabinier de l'an IV - 159€
Les carabiniers sont l’élite de toute la cavalerie au sein de laquelle ils sont recrutés. Comme tout corps d’élite, ils aiment conserver quelques particularismes dont le sabre est le meilleur exemple. Le modèle de l’An IV est en fait simplement une « républicanisation » du sabre modèle 1777 utilisé par les carabiniers de Monsieur (frère du roi), par un simple changement de gravure, effaçant les anciennes armes royales pour une inscription plus sobre : « CARABINIERS DE LA REPUBLIQUE FRANCOISE », entre un bonnet phrygien et une grenade. Ces lames ne portent jamais les poinçons et marques de Kligenthal et ont la particularité d'avoir une garde en cuivre rouge.

D’autres modèles seront utilisés par les régiments de carabiniers sous le Ier Empire, mais l’attachement particulier de ces cavaliers pour leur sabre traditionnel et le fourreau en cuir fera qu’il sera toujours porté jusqu’à la fin de l’Empire. Des montures semblables seront plus tard récupérées sur des modèles AN IX pour être assemblées sur des lames à la Montmorençy de 1811, rangées dans un fourreau en cuir à deux bracelets. Longueur 112 cm. Longueur de la lame 97cm. 1600g. Détails
Voir également l'histoire de la naissance de cette réplique.

SW545 - Sabre d'officier de cavalerie à garde de bataille - 175€
Ce type de sabre, à lame droite à double pan-creux et à poignée à garde de bataille, équipa très couramment les officiers de cavalerie : dragons, artillerie montée, etc. Il s'inspire du vieux modèle de 1783 et peut présenter des décorations variables. Le fourreau est en cuir avec appliques de laiton. Sous la poignée du sabre est aménagé un logement dans lequel vient se ranger le fourreau, afin que l'eau et l'humidité ne s'y insinuent pas. Cette reproduction est équipée d'une lame particulièrement légère et flexible, ce qui en fait effectivement une arme de choix pour un gradé.

Longueur 110cm, lame de 94cm, 1.3kg.
Détail

Sabre_d_officier_a_garde_de_bataille

sabre_grenadier_a_cheval_garde_imperiale

SW558 - Sabre troupe des grenadiers à cheval ou des dragons de la Garde, modèle 1810 - 175€
Avec les changements de régime, les grenadiers à cheval vont connaître des sabres différents. Le premier modèle sous le Directoire porte l'inscription "Grenadiers de la Gendarmerie". Son successeur, fabriqué à Versailles par Boutet, est à lame droite et plate, avec une garde ajourée d'une palmette. Sous le Consulat la forme change radicalement pour le 2e escadron, qui se voit doté du modèle des chasseurs à cheval de la Garde de l'An IV, avec une lame courbe et une garde en N. Boutet créé peu après une version nouvelle avec lame droite et une poignée qui restera similaire jusqu'à la fin de l'Empire, et qui est celle de notre réplique, avec la célèbre grenade. En 1802, la garde est désormais montée sur une lame à la Montmorency, et le corps du fourreau, auparavant tout en cuir, est gainé de laiton avec un grand crevé. En 1810, ce dernier, très fragile, est scindé en deux.
Longueur 112 cm. Reproduction exclusive Armae. Voir aussi la rubrique "naissance d'une reproduction". Poids de l'arme seule 1380g.
Détails

SW568 - Sabre d'officier d'Artillerie et du Train d'Artillerie - 175€
Moins estimés que leurs collègues de l'infanterie et surtout de la cavalerie, les soldats de l'artillerie et du train n'eurent pas moins un rôle capital dans l'épopée napoléonienne. L'artillerie de campagne était tractée par des chevaux (4 par pièce) conduits par les soldats du train, qui acheminaient aussi les munitions. Ces derniers assistaient aux batailles plutôt qu'ils n'y participaient, à la différence des artilleurs qui étaient beaucoup plus actifs, et plus exposés. Leurs pertes durant la campagne de Russie furent effroyables. Les artilleurs à cheval portaient un uniforme de couleur bleu foncé avec les distinctives rouges. Ils avaient aussi les épaulettes rouges des troupes d'élite.

Si les hommes étaient coiffés du shako, les officiers préféraient le colback, et utilisaient un sabre très original, puisqu'il affichait d'emblée la couleur par les deux canons croisés décorant la garde de bataille. Ses formes sobres et élégantes en faisaient une arme de choix. Le fourreau réglementaire du sabre était en cuir, mais comme pour toute arme d'officier, il existait une certaine variété dans le détail. Notre fourreau est en laiton, muni de bagues décorées là encore de canons croisés.
Longueur 113 cm, lame de 97cm. Détail
sabre_d_artilleur_a_cheval_de_la_garde

sabre_officier_grenadiera_cheval_garde_imperiale

SW497 - Sabre d'officier des grenadiers à cheval de la Garde impériale - 165€
En 1797, les Gardes du Directoire deviennent des "Grenadiers à cheval", qui sont intégrés huit ans plus tard, en 1804, dans la nouvelle Garde impériale voulue par Napoléon. Leur uniforme est presque identique à celui des Grenadiers à pied. Ils sont équipés d'un nouveau sabre en 1802-1803 (modèle An XI) fourni par la fabrique de Versailles, avec une grenade qui orne la monture. Ce célèbre sabre est également reconnaissable par son fourreau très particulier en laiton, avec un grand "crevé" sur les côtés. Mais celui-ci fragilise la gaine, et des bagues métalliques sont ajoutées vers 1807 pour le renforcer. Ce modèle restera en service jusqu'en 1810. Les sabres des officiers présentent généralement une décoration plus luxueuse que celle de la troupe. Ici, la grenade orne une garde de bataille.
Longueur : 117 cm
Détails

SW543 - Sabre briquet de la garde impériale - 129€
Comme tout corps d'élite, l'infanterie de la Garde (grenadiers et chasseurs) tenait à être distinguée par des armes qui lui étaient propres : armes à feu comme armes blanches. A Versailles, Nicolas-Noël Bouttet se voit chargé en 1800 de fabriquer un modèle spécifique de sabre briquet pour la Garde. Un premier modèle, inspiré des armes d'honneur en argent instituées en 1799, utilise la même forme de lame que le briquet de la Ligne, produite majoritairement à Langres. La poignée cependant n'est pas en laiton massif, mais en bois sculptée, recouverte de forte basane collée et d'un filigranne torsadé de laiton. Un second modèle est produit à la fin de 1802, et ce jusqu'en 1813, à Versaille (environ 13 000 exemplaires) et à Kligenthal (environ 11 000 exemplaires), avec de légères modifications de forme. Nous proposons la version du sabre dont la lame est une produite à Kligenthal et la poignée à Versailles.
Lisez également l'histoire de la création de cette reproduction !
Longueur 84cm, longueur de la lame 71cm
Détail

Sabre_briquet_de_la_garde

sabre_briquet

SW493 - Sabre briquet d'infanterie, 1er Empire - 59€
L'infanterie napoléonienne était équipée d'un sabre court, porté au baudrier à côté de la baïonnette. En 1806, ce sabre adopta de façon officielle le surnom de "briquet" que lui avaient donné par dérision les cavaliers. Avec sa poignée striée en laiton massif, il pèse environ 1,3 Kg. Son fourreau est en cuir de vache noir, avec des appliques de cuivre. Il est l'ancêtre du glaive d'infanterie qui perdurera dans l'armée française jusqu'à la IIIe République.
Longueur 75 cm
Détail

SW499 - Sabre de sapeur de la Garde - 149€
Dans les armées impériales, les sapeurs marchent en tête de colonne, avec un tablier de cuir et leur lourde hache posée sur l’épaule. Par tradition, les sapeurs sont tous barbus. Leur sabre caractéristique présente une tête d’aigle à l’extrémité de la poignée, symbole par excellence de l’imagerie impériale, tandis que des têtes de lions décorent les quillons et le centre de la garde, ainsi que l’ergot du fourreau. Celui-ci est en bois recouvert de cuir noirci, agrémenté de plaques de laiton. La lame, dont le dos est dentelé, est concue pour servir autant au combat qu'en tant qu'outil..

Longueur 89.5cm, lame75.5cm. 1.600kg.
Détail

sabre_de_sapeur_de_la_garde
sabre_d_abordage

SW496 - Sabre d'abordage de la marine française - 59€
Avec la forme caractéristique de sa garde englobante, ce sabre évoque immédiatement le monde des pirates, tel que l'a dépeint de nombreux films hollywoodiens. Il s'agit en effet d'un sabre de marine, mais dont étaient équipés les matelots de la flotte française au XIXe siècle. Cette copie porte le poinçon de la manufacture de Kligenthal sur sa tranche, et une ancre de marine sur l'une des ses faces.
Longueur 80cm
Détail



Autres nations

SW548 - Epée d'officier britannique, modèle 1796 - 160€
Après de multiples tentatives, l'armée britanniques réussit à définir à la fin du XVIIIème siècle une épée réglementaire pour ses officiers d'infanterie. Il s'agit du modèle 1796. Celui-ci est composé d'une garde en laiton, avec une poignée entourée de fil d'argent torsadé. La lame porte en relief les armoiries royales et différents motifs floraux. Le fourreau, en cuir et laiton, est destiné à être accroché à un baudrier.
Cette superbe arme équipera à partir de 1800 la plupart des régiments d'infanterie légère.
Lame en acier, garde en laiton, fourreau en cuir souple et laiton.
Détails

Spadroon_epee_anglaise

Spadroon_epee_anglaise

SW559 - Epée d'officier britannique, modèle 1780 - 160€
Le "Spadroon" ou épée anglaise est une arme relativement courte à lame droite. Elle est fréquemment équipée d'une garde évoquant un étrier, décorée de motifs en forme de boules. Elle apparaît en Angleterre aux environs de 1780, mais sera aussi utilisée dans les armées françaises et américaines. Notre reproduction porte la marque du célèbre armurier anglais John Knubley.
Lame en acier, garde en laiton, fourreau en cuir souple et laiton. Poignée composite.
Longueur 98cm.
Détails


SW554 - Sabre d'officier d'infanterie britannique, modèle 1803 - 160€
Si le sabre réglementaire d'officier modèle 1796, à lame droite, permettait de frapper de pointe, ses limitations pour les coups de taille le rendaient totalement inadapté pour les officiers d'infanterie légère et de fusiliers, plus particulièrement compte tenu des risques d'engagements de ces unités par des forces de cavalerie légère. C'est ainsi qu'à partir de 1790 on voit apparaître des sabres à lame courbe - non réglementaires - chez les officiers britanniques. En 1803, l'armée prit l'initiative de concevoir un modèle standard à lame courbe, particulièrement esthétique avec sa tête de lion et son fourreau en cuir noir et laiton. C'est celui-ci que nous reproduisons. Il fut également produit dans une version à crosse en ivoire blanc, utilisée par certains officiers d'état-major.
Lame en acier, garde en laiton, fourreau en cuir souple avec appliques en laiton. Poignée recouverte de cuir.
Longueur 95cm, lame 82cm.
Détails

sabre_officier_infanterie_britannique

Epee_de_Nelson

SW546 - Epée d'officier de marine, à la Nelson - 160€
Cette version de Spadroon se distingue par une poignée blanche avec un marquage aux armes de la Royal Navy. Notre reproduction s'inspire de l'épée que porte le mannequin de l'amiral Nelson, visible à l'abbaye de Westminster depuis 1806, et porte le nom de l'armurier, Richard Teed. Une telle arme a sans nul doute été au côté de nombre d'officiers anglais pendant la bataille de Trafagar.Lame en acier, garde en laiton et composite, fourreau en cuir souple et laiton.
Longueur 98cm, lame 81cm.
Détails


SW547 - Dague de Midship britannique, 1780-1815 - 99€
Ce poignard à la garde décorée du classique motif à cinq boules caractéristique de la fin du XVIIIème siècle était en fait une arme secondaire utlisée par la plupart des officiers durant les guerres napoléoniennes. La poignée, en imitation ivoire, porte un médaillon aux armes de la marine britannique. Une pièce idéale pour tout passionné, assortie à notre épée d'officier de marine.
Lame en acier, garde en laiton et composite, fourreau en cuir souple et laiton. Poignée composite.
Longueur 50cm, lame 37cm.
Détails

dague_de_midship

sabre_a_la_blucher

SW550 - Sabre de cavalerie légère anglaise - 160€
Le sabre de cavalerie légère britannique modèle 1796 se caractérise par la sobriété de sa garde, et une lame s'élargissant légèrement à l'extrémité. Il a également été adopté par l'armée prussienne, à l'initiative de Blucher, qui donna finalement son nom à l'arme. On la retrouve avec un fourreau noirci, aux mains des dragons américains lors de la guerre de 1812.
Lame et garde en acier, fourreau en acier. Poignée recouverte de cuir.
Longueur 95cm, poids 1kg environ.
Détails


SW578 - Sabre de grosse cavalerie, modèle 1796 - 149€
Si le sabre dit à la Blücher est bien connu, il n'équipait que les troupes de cavalerie légère. Au même moment, un modèle à la ligne similaire va entrer en service dans l'armée britannique, mais pour la cavalerie lourde. Doté d'une lame droite, relativement large, il possède également une solide garde venant protéger la main du cavalier des baïonnettes de l'infanterie.

Longueur : 100 cm, lame 86cm, 1.350kg
Détails

sabre_de_grosse_cavalerie_britannique

sabre_de_hussard_russe

SW553 - Sabre de hussard russe - 160€
A la fin du XVIIIème siècle, toutes les grandes nations d'europe sont dotées de régiments de hussards, et la Russie ne fait exception. Ce sabre à la forme caractéristique équipait les régiments du tsar, et était encore en service à l'époque des campagnes napoléoniennes. il peut de ce fait convenir également à un cavalier français, qui n'hésitait pas à s'équiper d'armes prises à l'ennemi. On note la similitude de la ligne de l'arme avec le modèle de cavalerie légère de la garde impériale.
Lame en acier, garde en laiton, fourreau en bois recouvert de cuir et laiton. Poignée recouverte de cuir.
Longueur 100cm, poids 1kg environ.
Détails


SW556 - Latte de cuirassier prussien modèle 1733/1797 - 160€
L'histoire de la Prusse du XVIIIème siècle est indissociable de celle de Frédéric le Grand, dont une des premières actions fut de réformer l'armée et ses équipements. Ce sabre de cuirassier a donc vu naissance en 1733, au début du régne du célèbre Roi. Il arbore ses initiales sur le panier en laiton massif et sur la gravure de la lame : FR, pour Fredericus Rex, avec l'aigle royal.

Une des particularités étonnante de cette arme est d'avoir un double tranchant. A noter également le fourreau prussien à bout carré. Ce modèle sera modifié en 1797, pour faire toutes les guerres du Premier Empire, en étant doté d'une lame classique à un seul tranchant.
Longueur : 115 cm, lame 99cm

Détails

Latte_de_cuirassier_prussien_1733

sabre_de_horse_guard

SW549 - Sabre de Horse Guard, modèle 1832 - 175€
L'histoire du Royal Horse Guard remonte à l'époque de Cromwell, qui le fonda en tant que régiment de cuirassiers. Ce nom célèbre lui sera attribué en 1750, et il sera amalgamé en 1969 avec le régiment des dragons royaux, puis aux Life Guards royaux depuis 1992. Avant tout un régiment de cavalerie lourde, il participera aux guerres du Premier Empire.

Ce sabre, adopté à une époque où la mode militaire était à son apogée en Grande Bretagne, montre une réelle influence continentale avec sa garde à trois branches. Celle-ci porte les insignes de la couronne d'Angleterre, tout comme la lame.
Longueur : 114 cm, lame 99cm

Détails


Restauration


SW540 -
Sabre de garde du corps du Roi, 1814 - 175€
En restaurant le trône des Bourbons après l'abdication de Napoléon, en 1814, Louis XVIII décide de recréer une Maison militaire semblable à celle qui existait du temps de son frère, le roi Louis XVI. Cette Maison, compte de nombreux corps, comme celui des Gardes de la Manche, les Cent-Suisses, les Gardes de la Porte, ceux de la Prévôté de l'Hotel, les Gendarmes de la Garde, les Chevau-Légers, Les Grenadiers à cheval du Roi, les Mousquetaires, ou encore les Gardes du Corps. Ces derniers sont réorganisés le 25 mai 1814, en six compagnies à cheval. Réduits à 4 compagnie, par économie, après les Cent jours, ils sont licenciés le 11 août 1830 par le roi Louis-Philippe..Lame en acier, garde en laiton, fourreau en cuir souple et laiton. Poignée recouverte de cuir.
Longueur 115cm, poids 1,5kg environ.
Détails

sabre_de_garde_du_corps_du_roi

sabre_de_mousquetaire_1814

SW541 - Sabre d'officier des Mousquetaires de la maison du Roi - 175€
Appartenant à la Maison du Roi, le corps des mousquetaires est une très ancienne institution, créée par Louis XIII en 1622 pour être sa garde personnelle et combattre autant à cheval qu'à pied (avec le mousquet, d'où leur nom). Sous Louis XIV, les jeunes nobles doivent tous y faire leurs classes durant une année. A cette époque, on compte deux compagnies de 250 hommes (la seconde appartenait auparavant à Mazarin), appelées respectivement "mousquetaires noirs" et "mousquetaires gris" d'après la robe de leur chevaux. Elles sont supprimées en 1775 par Louis XVI, par économie, rétablies en 1789 pour être encore dissoutes, rétablies à la Restauration le 6 juillet 1814, puis définitivement licenciées le 1er janvier 1816.
Notre sabre est une reproduction d'une arme prestigieuse et rare, car fabriquée en quantité très limitée.
Lame en acier, garde en laiton, fourreau en bois recouvert de cuir et laiton. Poignée recouverte de cuir.
Longueur 115cm, poids 1,5kg environ.
Détails



Epées de sociéte, accessoires d'ornement


SW425 -
Epée de société - 69€
Au XVIIIème siècle, les officiers de la plupart des pays d'Europe prirent l'habitude de se départir de leurs armes lorsqu'ils sortaient en société, et d'utiliser une épée moins encombrante et plus richement décorée, mais néanmoins fonctionnelle. Caractérisée par une lame à trois pans, ces épées prirent le nom "d'épées de cour" puis, à partir de la révolution, "d'épées de société".

Ce modèle est une pièce d'entrée de gamme, avec un pommeau en bois décoré d'un fil de laiton torsadé, une garde en laiton et une lame en fer, à section triangulaire en forme de L, qui se rétrécit assez rapidement. Fourreau en bois recouvert de cuir avec appliques laiton. Attention, contrairement à notre modèle SW489, cette lame est en métal doux et non en acier. Il s'agit d'un accessoire purement décoratif, complètant idéalement un costume de théâtre, mais pas d'une réplique aussi authentique que nos autres pièces de la même époque.

Longueur 97cm
Détails

epee_de_societe

epee_de_societe

SW445 - Epée d'officier ancien régime - 80
Si la plupart des épées de société étaient caractérisées par une lame à trois pans, d'autres présentaient la particularité d'avoir une partie de la garde repliable, de manière à ce que l'arme soit plus discrète lorsque portée au côté.

Ce modèle est une pièce d'entrée de gamme, avec une garde moulée dont la partie correspondant à la poignée est argentée et une lame en acier doux. La garde est formée de deux coquilles dont l'une se replie. Le fourreau est en cuir avec appliques laiton. Attention, contrairement à notre modèle SW489, cette lame est en métal doux et non en acier. Il s'agit d'un accessoire purement décoratif, complètant idéalement un costume de théâtre, mais pas d'une réplique aussi authentique que nos autres pièces de la même époque.

Longueur 91cm, poids 0.8kg.
Détails


Pirates et corsaires

SW504 - Sabre d'abordage XVIIIème, pirate ou corsaire - 59€
Les fameux pirates ont infesté toutes les mers du globe à la recherche de proies à dévaliser. Ils étaient surtout très actifs dans l'Atlantique, après la découverte du Nouveau Monde, pour arraisonner les navires chargés des trésors des Amériques. L'armement des pirates était très hétéroclites, mais ceux-ci privilégièrent les sabres courts, plus maniables dans l'espace réduit d'un pont de bateau, encombré de cordages et obstacles en tous genres. Il existait de nombreux modèles de sabres d'abordage.

Notre réplique est dotée d'une garde particulièrement protectrice en fer. La poignée est en bois, et le fourreau en cuir se passe à la ceinture.Longueur 77cm, lame 62cm, poids 1.150g
Détails

sabre_de_pirate

Dragonnes

SW900 - Dragonne de cavalerie légère en cuir blanchi - 99€
La dragonne, au delà de son aspect décoratif, était un accessoire indispensable permettant au cavalier de récupérer son arme après un impact violent l'ayant amené à la lâcher.

Notre réplique, en cuir blanchi, correspond à une des nombreux modèles troupes utilisés par la cavalerie légère.

Longueur 46cm
Détails

Dragonne_de_cavalerie_legere


SW903 - Dragonne de chasseur à pied de la garde (verte et rouge) - 59€ - Détail
SW904 - Dragonne de grenadier à pied de la garde (rouge) - 59€ - Détail
La dragonne n'était pas l'apanage des seuls cavaliers, et tous les fantassins armés d'un briquet en étaient également dotés, même si les particularités du combat à pied les rendaient sans doute moins utiles.

Celles de la garde étaient formées d'une sangle de cuir blanchi, les couleurs des galons et glands variant en fonction des corps concernés.

Longueur 60cm

SW908 - Dragonne troupe, infanterie, gland blanc, sangle blanche - 29€ - Détail
SW906 - Dragonne troupe, infanterie, gland rouge, sangle rouge - 29€ - Détail
La plupart des dragonnes étaient toutefois entièrement réalisées en textile, à l'image des deux modèles troupe que nous présentons ici. La sangle est coton (voir de plus près)

Longueur 50cm

dragonne_infanterie_empire

dragonne_infanterie_empire

SW905 - Dragonne troupe, infanterie, gland rouge, sangle blanche - 29€ - Détail
SW907 - Dragonne de voltigeur, infanterie, gland vert et jaune, sangle verte - 29€ - Détail

La sangle est coton (voir de plus près)

Longueur 50cm

dragonne_infanterie_empire

dragonne_infanterie_empire

dragonne_officier_empire

SW909 - Dragonne d'officier - 29€ - Détail
Les dragonnes officier étaient tissées de fil d'or ou d'argent. Notre dragonne en a l'aspect, mais les matériaux sont synthètiques (voir de plus près).

Longueur 50cm