Le nouveau musée de la Légion Etrangère : des idées de reconstitutions originales…

De nombreux régiments de l’armée française ont leur propre musée ou salle d’honneur. Mais souvent leurs traditions historiques et uniformologiques ne sont accessibles qu’aux militaires, au sein des casernes ou des quartiers. Il existe quelques grands musées plus généralistes que le quidam peut visiter, comme celui de la Gendarmerie, ou celui de l’Infanterie dont nous avons déjà parlé sur ce blog. Intéressons-nous aujourd’hui au musée de la Légion Etrangère, qui vient de faire peau neuve et a été inauguré le 30 avril dernier, à l’occasion de son 150e anniversaire. L’histoire de ce corps légendaire que le monde entier envie à la France, aurait de quoi inspirer bien des reconstitutions.

L’image du légionnaire n’est plus à faire. Combattant d’élite, recruté dans toutes les nations, il bourlingue et combat sous tous les horizons depuis moins de deux siècles. Cette épopée est racontée au musée d’Aubagne, à travers des documents de toutes sortes, des armes, des objets du quotidien, des trophées rapportés de toutes les campagnes, mais aussi une exceptionnelle série de mannequins entièrement équipés qui nous détaille l’évolution des uniformes de la Légion. La muséographie a été entièrement modernisée.

Tout commence en 1888, quand le colonel Wattringue, du 1er Régiment Etranger pose la première pierre du futur musée au quartier Viénot à Sidi-bel-Abbès. Terminé en 1892, il accueille quelques précieuses reliques, dont la célèbre main de bois du capitaine Danjou, qui s’est sacrifié avec ses hommes dans le combat de Camerone au Mexique, le 30 avril 1863, dont l’anniversaire est toujours célébré par la Légion. Le musée est transféré en 1962 à Aubagne. En réalité, le Musée se répartit alors sur trois sites différents :

  • Le Musée de la Légion étrangère à Aubagne
  • Le Musée de l’uniforme à Puyloubier
  • Le Centre de documentation historique à Aubagne

A Aubagne, dans la maison mère, deux vitrines sont consacrées aux fondateurs de la Légion : le Roi Louis Philippe et le Général Rollet. Les 30 vitrines de la salle des campagnes situées au 1er étage, retracent les campagnes auxquelles la Légion a participé depuis sa création.

En 1989, le Foyer d’entraide légionnaire acquiert la collection d’uniformes Guyader, ensemble unique au monde. Face à cette entrée d’importance, il est nécessaire d’ouvrir une annexe du musée à Puyloubier (près d’Aix en Provence), dans les caves du château, puis au premier étage avec son extension progressive. Dès cette période, la nécessité d’une extension future du musée est évoquée par le commandement. Le musée de l’uniforme légionnaire abrite plus d’une centaine de mannequins retraçant l’histoire de la Légion Etrangère de 1831 à la guerre d’Algérie. Le nouveau musée d’Aubagne présente aujourd’hui de nouveaux mannequins, très réalistes, et sans vitrine. L’entrée est gratuite et le musée ouvert tous les jours sauf les lundis et mardis, de 10h à 12h et de 14h à 18h.

Il serait bien que des groupes se constituent sur l’histoire de la légion étrangère. Les trop rares reconstituteurs à s’y intéresser s’appliquent à recréer plutôt les dernières périodes : 2e guerre, Indochine ou Algérie. Voyez notamment cette très belle reconstitution de la bataille de Bir-Hakiem :

Pourtant les sources sont nombreuses pour imaginer le légionnaire du XIXe siècle. Avis aux amateurs.

Pour en savoir plus :

http://www.net4war.com/e-revue/musee/legion-etrangere/musee-legion01.htm

Contact :

  • Musée de la Légion étrangère – Quartier Viénot – route de la Légion – BP 21 355 - 13 784 AUBAGNE CEDEX
  • 04 42 18 12 41
Be Sociable, Share!