Archive du mois de octobre 2011

Quoi de neuf docteur ? La médecine dans l’antiquité…

Posté dans Antiquité, Manifestations le 31 octobre 2011 par Christophe

optio valetudinariiLe musée de la civilisation gallo romaine de Lyon propose depuis le 4 octobre dernier une exposition permettant de partir sur les traces des médecins et de leurs patients à l’époque romaine. De manière fort originale, le musée à choisi d’organiser une manifestation didactique en complément de son exposition, en demandant au groupe de reconstitution lyonnais Pax Augusta de présenter de manière vivante la médecine et la chirurgie militaires au premier siècle de notre ère, mais aussi dans le contexte des écoles de gladiateurs.

lire la suite »

Commémoration de la bataille de Marathon

Posté dans Antiquité, Sites et Musées le 28 octobre 2011 par Francois

Il y a quelques mois, sur une plage de Grèce, proche d’Athènes, les touristes et baigneurs ont eu la surprise de voir arriver une phalange d’hoplites grecs en ordre de combat, casque sur la tête, lance en avant et bouclier de front. En face, les attendaient quelques Perses et mercenaires grecs qui ont vite tourné les talons. Grâce à des reconstituteurs venus du monde entier, il s’agissait en fait de commémorer l’une des plus célèbres batailles de l’Antiquité, celle de Marathon, qui se déroula sur ce même rivage en 490 avant J.-C. La course d’endurance de 42 km qui se pratique toujours est elle aussi une célébration de cette victoire grecque. lire la suite »

Les chevaliers Hospitaliers, ordre religieux combattant

Posté dans Moyen-Age, Personnages le 24 octobre 2011 par Frédérique

Chevaliers hospitaliersL’ordre des Hospitaliers a été fondé à l’aube du XIIème siècle par Gérard Thom, arrivé à Jérusalem avec la première croisade, et devenu prévôt de l’hospice de Jerusalem. Cet hospice fondé au début du VIIème siècle avait été détruit en 1005, sous le calife Al Hakim puis reconstruit en 1023 par des marchands italiens. Il sera toujours en service lors de la prise de Jérusalem en 1099.

Initialement servi par des bénédictins, l’hopital se verra doté de son propre ordre, avec sa propre règle, par Gérard Thom. La vocation de l’ordre était d’accueillir et aider les pélerins dans Jérusalem, mais très rapidement cette mission inclut la fourniture d’une escorte armée sur les routes de la terre Sainte. L’ordre combattant était né… lire la suite »

Les tenues chamarées des lansquenets

Posté dans Personnages, Reconstitutions et reconstituteurs, Temps Modernes le 21 octobre 2011 par Francois

En 1508, lorsque Maximilien monte sur le trône du St-Empire Romain Germanique, il doit faire face aux Français à l’ouest, aux Turcs à l’Est et à de nombreuses révoltes dans son empire, et pour cela il cherche à recruter de rudes combattants. Ayant assisté durant sa jeunesse à la déroute des armées bourguignonnes face aux redoutables piquiers suisses, il tente d’enrôler ces mêmes Reislaufer. Mais ceux-ci préfèrent se mettre au service du roi de France, obligeant Maximilien à créer ses propres formations de piquiers, les Landsknecht : les lansquenets, littéralement « les serviteurs du pays ». lire la suite »

L’armure complète à la fin du Moyen-Age

Posté dans Informations pratiques, Moyen-Age le 17 octobre 2011 par Christophe

armure_16èmeL’armure de plates complète, associée dans l’imagerie traditionnelle au chevalier du Moyen-Age, n’apparaît que relativement tardivement, pendant la guerre de cent ans. Elle se perfectionnera ensuite sans cesse pour atteindre son apogée au XVIème siècle c’est à dire pendant la Renaissance, et non à l’époque médiévale.

Elle trouve son origine dans les brigandines, portées par les combattants par dessus leur cotte de mailles, et formées de plaques de métal enserrées dans une veste en tissu ou en cuir. On verra tout d’abord apparaître quelques pièces particulières, pour les parties les plus exposées, telles que les genoux, les coudes ou encore la gorge, puis les plaques finiront par couvrir tout le combattant.

lire la suite »

Les Vinalia ou fête des vendanges

Posté dans Antiquité, Manifestations le 10 octobre 2011 par Frédérique

Flamine_dialisLes vinalia rustica avaient lieu le 19 août de chaque année, en l’honneur de Jupiter. Cette fête religieuse coïncidait avec le début des vendanges en Italie, et était célébrée par le flamine de Jupiter en personne – prêtre unique en charge du temple de Jupiter Capitolin -  qui sacrifiait pour l’occasion un agneau sur l’autel et devait cueillir de ses propres mains les premières grappes de raisin.

Cette fête agraire faisait partie des plus importantes de l’année pour les romains, très attachés à leurs traditions agricoles. Cette association des vendanges à Jupiter remonterait d’après Virgile à la fondation de Rome, lorsque Enée et les troyens réfugiés dans le Latium doivent affronter le terrible roi Etrusque Mezentius.  Enée et ses compagnons font alors la promesse de dédier à Jupiter l’ensemble de la vendange à venir si il leur accorde la victoire. Ce fut le cas, et le début de l’association de Jupiter aux Vinalia. Un  peu plus tardivement, sous l’empire, Venus interviendra dans la célébration, sans doute parce que la date correspondait à l’anniversaire de la fondation de son premier temple à Rome.

lire la suite »

Les hussards ailés polonais

Posté dans Reconstitutions et reconstituteurs, Temps Modernes, XVIIIème et Premier Empire le 7 octobre 2011 par Francois

Lorsque l’on évoque les hussards, on pense immédiatement à la cavalerie légère de Napoléon. Nous l’avons déjà évoqué dans un autre article de ce blogue, les hussards trouvent leur origine bien avant cette date, en Europe centrale, et sont même considérés comme la meilleure cavalerie du monde au XVIe et surtout au XVIIe siècle. Le Royaume Polono-Lituanien pour lequel ils combattaient, était à cette époque, le plus vaste pays d’Europe. Ces cavaliers avaient la particularité de porter sanglées dans le dos deux grandes ailes, ce qui en faisait des silouhettes fantastiques quand ils chargeaient. lire la suite »

Du Pickelhaube au Stahlhelm, le casque durant la première guerre mondiale

Posté dans Epoque Contemporaine, Informations pratiques le 4 octobre 2011 par Frédérique

Pickelhaube

Pickelhaube

L’arrêt rapide de la guerre de mouvement en 1914 conduisit à une stabilisation de la ligne de front, et au début de la guerre de tranchées. Nous connaissons tous ses terribles conséquences pour les combattants des deux camps, mais on oublie parfois les aspects liés aux matériels et équipements. Les armées européennes du début de la Grande Guerre sont déjà équipées d’armes extrêmement efficaces, mais ont encore des tenues et équipements hérités du siècle précédent, plus spectaculaires que pratiques.

Shako_hussard_françaisUne pièce fait particulièrement défaut chez tous les belligérants : aucun casque n’est en dotation dans les armées européennes, alors que la tête du combattant est particulièrement exposée dans les tranchées, qu’il s’agisse de l’effet des bombardements, avec des obus explosant au dessus des soldats, ou des tirs ennemis. Les premiers à tester un casque en acier seront les allemands, mais ce seront les derniers à en doter leurs troupes. lire la suite »